L'avez-vous en tête Le prix de votre bien immobilier
?
  • Agence immobiliere Nestenn
  • .
    .
    .
    >
  • Et si vous installiez un poêle à bois ?
  • Chauffage au poele à bois
    0
    110

    Et si vous installiez un poêle à bois ?

    Mode de chauffage à part entière ou chauffage d'appoint, le poêle à bois a tout à fait sa part dans la transition énergétique. En outre, jusqu'au 31 décembre 2019, vous pouvez bénéficier, pour son installation, d'un crédit d'impôt pouvant atteindre 30 %.

    Le poêle à bois a le vent en poupe. Si votre habitation est bien isolée, ce mode de chauffage au bois s'avère très performant. Outre le fait qu'il bénéficie d'une énergie renouvelable, il revient moins cher que le chauffage électrique

    Quel modèle pour un chauffage principal au poele à bois ?

    Le poêle à granulés et le poêle à accumulation sont les plus performants pour un mode de chauffage à part entière.

    - Le poêle à granulés présentent plusieurs avantages : confort d'utilisation, autonomie, alimentation automatique, régulation de la température, possibilités de programmation, bon rendement. Par rapport au poêle à bûches, il pollue beaucoup moins.

    - Le poêle à accumulation ou poêle de masse a un rendement très élevé et est peu polluant. Marchant à plein régime, il emmagasine la chaleur grâce à ses matériaux (faïence, roche volcanique ou brique réfractaire) et la restitue lentement pendant une vingtaine d'heures. Mais de par sa position au centre du logement pour une bonne diffusion de la chaleur, son achat se fait au moment de la réhabilitation ou de la construction de l'habitation.

    Quel modèle pour un chauffage d'appoint au poele à bois ?

    Le poêle à bûches intervient seulement comme un complément. Mais attention de ne pas l'utiliser plus que vos besoins habituels. Lorsqu'il fonctionne au ralenti, le poêle à bûches dégage une grosse quantité de particules fines.

    Quels sont les critères de choix du poele à bois ?

    En 2000, les fabricants de chauffage au bois et l'Ademe (Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie), ont lancé le label Flamme verte « afin de promouvoir l'utilisation du bois par des appareils de chauffage performants dont la conception répond à une charte de qualité exigeante en termes de rendement énergétique et d'émissions polluantes ». Ces exigences ont été renforcées en 2010 : dorénavant, les poêles à bois doivent décrocher 6 ou 7 étoiles pour obtenir le label.

    Concernant les poêles à bûches, particulièrement polluants, un minimum de 6 étoiles est requis. Ils affichent un rendement d'au moins 75 %, un taux de monoxyde de carbone de 0,15 % et des émissions de particules fines à 50 mg de poussière maximum. Cependant, l'Ineris (Institut national de l'environnement industriel et des risques) souligne que les tests étant effectués selon les normes mais dans des conditions relativement éloignées des conditions réelles de fonctionnement, ne reflètent pas les conditions d'usage chez les particuliers.

    Comment entretenir un poêle à bois ?

    Un chauffage au poêle à bois comporte des risques d'intoxication au monoxyde de carbone et d'incendie. Aussi est-il recommandé de réaliser un ramonage au moins une fois par an, voire deux fois, tout dépend de l'usage que vous en faites.

    Pour l'entretien courant, il suffit de nettoyer régulièrement la vitre à l'aide de feuilles de papier journal ou d'un chiffon humide, et bien sûr de vider les cendres du foyer quand c'est nécessaire. Pensez à les répartir au pied de vos plantations, elles feront un excellent engrais !

    Comment bénéficier du CITE ?

    N'attendez pas pour savoir si vous êtes éligible au crédit d'impôt pour la transition énergétique. En effet, à partir du 1er janvier 2020, le CITE sera transformé en prime forfaitaire davantage ciblée sur la performance énergétique et les ménages modestes. D'ici le 31 décembre, vous pouvez donc bénéficier d'un crédit d'impôt pour l'achat d'un poêle à bois, aux conditions suivantes :

    - choisir un appareil labellisé Flamme verte (ou respecter des critères précis concernant le taux de monoxyde de carbone, les émissions de particules, le rendement énergétique et l'indice de performance environnemental) ;

    - l'installer dans votre résidence principale ;

    - respecter les plafonds autorisés de travaux ;

    - faire appel à un professionnel reconnu garant de l'environnement (RGE) pour son installation.