L'avez-vous en tête Le prix de votre bien immobilier
?
  • Agence immobiliere Nestenn
  • .
    .
    >
  • L'immobilier de prestige
  • L'immobilier de prestige
    L'immobilier de prestige

    L'immobilier de prestige

    Malgré la crise, l’immobilier de luxe reste un investissement attractif en France. 

    La crise sanitaire n’a pas entamé l’enthousiasme des investisseurs français et étrangers pour le marché de l’immobilier de luxe. Les biens haut de gamme continuent en effet d’avoir la cote en France et partout ailleurs dans le monde. Dans l’hexagone, les départements limitrophes de la capitale bénéficient d’un regain d’intérêt tandis que le littoral atlantique confirme sa popularité. 

    Des acquéreurs en quête de verdure

    À Paris, la popularité des petites surfaces nichées au cœur des zones d’attraction ne se dément pas. Les investisseurs démontrent en parallèle un intérêt croissant pour les biens de prestige dotés d’un espace extérieur en bordure ou à plusieurs dizaines de kilomètres de la capitale. Les maisons avec jardin, terrasse ou patio ont indubitablement la cote. Si les acheteurs conservent leur résidence principale en ville, ils se dirigent vers des biens avec extérieur pour en faire une résidence secondaire qu’ils occuperont les week-ends ou pendant la semaine en période de télétravail. Actuellement, en région parisienne, les départements des Hauts-de-Seine et des Yvelines sont particulièrement prisés par les investisseurs en quête d’un ilot de verdure. Côté prix, un bien de prestige à Paris se négocie actuellement 15 400 euros du mètre carré en moyenne. Pour une maison exceptionnelle à Boulogne-Billancourt, les acheteurs débourseront en moyenne 11 000 euros du m². Dans les Hauts-de-Seine, le prix du mètre carré descend à 10 500 euros et à 6 310 euros/m² dans les Yvelines

    L’attrait du littoral atlantique

    Les biens immobiliers de prestige situés sur le littoral atlantique ne semblent également pas pâtir de la crise sanitaire. À L’île de Ré, au Pays basque ou dans le bassin d’Arcachon (et Cap-Ferret), le marché est au beau fixe. En Bretagne ou en Normandie, les manoirs historiques ou les petits châteaux familiaux restent attractifs d’un point de vue financier : ce type de bien immobilier au charme exceptionnel se négocie au prix d’un trois pièces au cœur de Paris. La Côte d’Azur, qui reste l’une des régions les plus prisées par les acheteurs de biens immobiliers de luxe a quant à elle enregistré un nombre de transactions record en juin 2020.

    Un marché favorable aux acheteurs

    Les acheteurs particuliers et institutionnels bénéficient cette année d’un contexte économique favorable à l’investissement. La croissance des transactions est en effet intrinsèquement liée à une évolution massive de l’offre et de la demande due à la crise sanitaire. Les experts s’accordent sur le fait que, si les offres vont assurément augmenter dans les prochains mois, les prix de l’immobilier haut de gamme accuseront une baisse inévitable. Une aubaine pour les acquéreurs potentiels qui bénéficieront donc d’un pouvoir de négociation plus important qu’avant la crise. Selon un récent sondage réalisé auprès d’un bassin d’investisseurs, la France reste l’un des pays les plus attractifs en terme de biens de prestige pour 34 % des acheteurs interrogés. Elle se place ainsi devant la Suisse (32 %), le Portugal (28 %) et loin devant les États-Unis ou encore le Royaume-Uni.