L'avez-vous en tête Le prix de votre bien immobilier
?
  • Agence immobiliere Nestenn
  • .
    .
    .
    >
  • Les Français veulent améliorer la qualité de l'air de leur logement
  • Comment améliorer la qualité de l'air intérieur
    0
    109

    Les Français veulent améliorer la qualité de l'air de leur logement

    Tabagisme, appareils de chauffage et de cuisson, produits d'entretien et peintures sont autant de sources de pollution de l'air que nous respirons au quotidien. Et pourtant, au travail, dans les transports ou à la maison, nous passons en moyenne 90 % de notre temps dans des espaces fermés. Un paradoxe que souligne une étude du constructeur IGC, réalisée avec l'Institut Harris Interactive, sur les attentes des Français quant à la qualité de l'air intérieur.

    86 % de la population aimerait améliorer la qualité de son air intérieur

    En France, seuls 63 % des ménages considèrent que leur air intérieur est « bon » et 86 % aimeraient l'améliorer. Les 18-34 ans semblent moins satisfaits que les autres tranches d'âge, puisqu'ils sont 58 % à considérer qu'ils vivent dans un environnement satisfaisant, contre 65 % chez les plus de 55 ans. Des disparités régionales existent également : c'est dans le sud-ouest (72 %) et le nord-ouest (70 %) que l'on semble le plus satisfait de son air intérieur, alors qu'en Ile-de-France, seuls 48 % jugent qu'il est bon. Au total, 86 % de la population aimerait améliorer la qualité de son air intérieur.

    Les Français mal informés sur une mauvaise qualité de l'air

    COV : Derrière ces trois lettres se cachent les Composants Organiques Volatils. Ils se révèlent être « très bien connus » par seulement 3 % des Français, tandis que 14 % les connaissent assez bien, 40 % « juste de nom » et 43 % n'en ont jamais entendu parlé. Ces composants toxiques se matérialisent sous la forme de peintures, solvants, produits ménagers, fumée de tabac, mais aussi lors de la cuisson des aliments ou lorsque l'on meuble sa maison. La qualité de l'air intérieur est également impactée par le taux de CO2 (dioxyde de carbone), c'est-à-dire le gaz carbonique que nous dégageons naturellement en respirant.

    Aérer, la solution la plus simple

    Pour améliorer la qualité de l'air de son logement, il suffit d'ouvrir les fenêtres (radiateurs fermés) pendant cinq à dix minutes par jour, conseille l'ADEME (Agence de l'Environnement et de la Maîtrise de l'Energie). Un conseil suivi par 80 % des personnes interrogées, selon l'étude IGC/Institut Harris Interactive. Notons que près de 20 % des 18-34 ans n'aèrent que 2 fois par semaine. Heureusement, seule 2 % de la population ne le fait jamais. D'autres solutions à la portée de tous existent comme entretenir régulièrement son système de ventilation, éviter de fumer à l'intérieur, utiliser les chauffages d'appoint avec précaution ou encore opter pour les produits les moins nocifs possibles, comme ceux qui portent l'Ecolabel européen, rappelle l'ADEME.