L'avez-vous en tête Le prix de votre bien immobilier
?
  • Agence immobiliere Nestenn
  • .
    .
    >
  • Réussir sa piscine, mode d'emploi
  • Réussir sa piscine, mode d'emploi

    Réussir sa piscine, mode d'emploi

    Selon la Fédération professionnelle de la piscine et du spa (FFP), en 2018, 115 000 bassins supplémentaires ont été installés en France pour dépasser le seuil des 2,5 millions ! Toutes les franges de la population sont désormais concernées : 42,2 % des possesseurs de piscines fixes (hors sol ou enterrées), ont des revenus mensuels situés entre 1 500 et 3 000 euros. Suivez le guide étape par étape pour réussir votre projet.

    Respecter la règlementation

    La construction d'une piscine est soumise à des formalités préalables en fonction de ses caractéristiques et ses dimensions.
    - sont dispensées de formalités au titre du Code de l'urbanisme les piscines non couvertes dont la surface de bassin est <10 m2 ;
    - sont soumises à une déclaration préalable les piscines non couvertes dont la surface de bassin est <100 m2, ou les piscines dont la surface de bassin est <100m2, équipées d'une couverture (fixe ou mobile) et dont la hauteur est <180 cm ;
    - sont soumises à un permis de construire les piscines couvertes ou non couvertes dont la surface de bassin est >100 m2, quelle que soit la hauteur de la couverture, les piscines couvertes d'une surface <100 m2, dont la hauteur de couverture est >180 cm ;

    Choisir le bon emplacement

    Une piscine peut s'adapter à toutes les formes de terrains et toutes les configurations de jardins : s'enrouler autour d'un coin de maison, contourner un espace à préserver, etc. Un maximum d'ensoleillement, à l'abri des regards indiscrets, abritée du vent, éloignée des arbres, à proximité du lieu de vie afin d'en faciliter la surveillance, etc., sont autant de paramètres à prendre en compte.

    Trouver son type de piscine en fonction de son budget

    Grace aux évolutions techniques, il existe aujourd'hui une très large gamme de piscines enterrées. Panneaux, coque polyester, bétons... les procédés sont variés et le choix vaste pour s'adapter à vos besoins.

    - Les coques polyester : la rapidité. Ce type de piscine entièrement préfabriquée en polyester peut être posé très rapidement par un professionnel. Attention, les monocoques, qui doivent faire le trajet de l'usine jusqu'au jardin d'un seul tenant, doivent respecter des dimensions permettant leur transport. La mise en place est rapide, mais nécessite une excellente préparation du terrain d'accueil. De 18 000 à 45 000 euros environ posée (suivant équipements).

    - Les panneaux : la souplesse. En acier, polymères, aluminium, béton précontraint... le choix des matières est grand. Ce système permet une grande souplesse dans le choix de la forme du bassin. De 7 000 à 15 000 euros environ en kit et de 18 000 à 45 000 euros ou plus en « prêt à plonger » (suivant équipements).

    - Les bétons : le sur-mesure. Ces piscines personnalisées sont dessinées sur mesure et construites exclusivement par des professionnels qui font des bassins adaptés selon vos besoins et vos envies, en fonction de cahiers des charges spécifiques. À partir de 25 000 euros.

    - La piscine hors sol :la facilité. Vous avez opté pour un bassin à poser à même le sol ? Afin de bénéficier d'une qualité d'eau satisfaisante, ce type de bassin doit au minimum être équipé d'un système de filtration. Il vous en coûtera de 700 à 10 000 euros environ

    Ne pas négliger la qualité de l'eau

    Le système de filtration est essentiel au bon fonctionnement de la piscine. Vous avez le choix entre trois grands types de filtres : les filtres à sable (silice) qui offrent une finesse de filtration comprise entre 30 et 40 microns, ou à verre ;les filtres à cartouche et poches filtrantes (tissu synthétique, entre 15 et 20 microns) ; les filtres à diatomées, basés sur l'utilisation de microalgues (entre 1 et 3 microns) nécessitent un entretien particulier et ne sont pas très utilisés.

    Mettre une touche déco au bassin

    Étape agréable du projet, vous devez choisir le revêtement de votre bassin. S'il joue un rôle décoratif, il assure aussi parfois l'étanchéité du bassin, son importance est alors essentielle. Enduits de décoration, liners, PVC armé, polyester, carrelages, les professionnels proposent un large choix de revêtements. Tous sont d'un entretien facile. Disponible en différents coloris, le PVC est soudé sur place par un professionnel et accepte une température d'eau constante plus élevée. Le polyester est utilisé pour les piscines monocoques préfabriquées ou pour les structures en béton ou en application sur maçonnerie par des professionnels afin d'en assurer l'étanchéité. Le carrelage, lui, est fragile et onéreux. Il doit être posé sur une surface parfaitement étanche et n'assure pas l'étanchéité à lui seul.

    Finaliser le bassin

    L'environnement du bassin est le dernier à être mis en place. Plage et margelles finalisent le projet en lui donnant un aspect unique.
    - La margelle a plusieurs fonctions : elle empêche les eaux de ruissellement d'aller dans le bassin, elle sert de brise-vagues, elle facilite les entrées et les sorties des baigneurs et joue un rôle de finition. On les trouve en matériaux naturels (bois ou pierre), en matériaux reconstitués ou en béton.
    - La plage, contiguë au bassin, peut servir de solarium tout en délimitant l'espace piscine. Elle permet de gérer les eaux de ruissellement et constitue un obstacle aux pollutions. En carrelage, en béton, en bois, en matériaux composites, en pierre naturelle ou reconstituée, elle doit à la fois être esthétique, pratique et sécurisée.

    Privilégier la sécurité

    Les dispositifs de sécurité constituent un complément efficace et obligatoire à la vigilance des adultes. Choisissez votre système en fonction de vos besoins : composition de la famille, forme du bassin, utilisation, situation en résidence principale ou secondaire...

    Ce que dit la loi

    La loi du 3 janvier 2003 oblige les propriétaires de piscines privées familiales enterrées et partiellement enterrées à se munir d'un système de protection normalisé visant à prévenir le risque de noyade. Il existe 4 dispositifs de sécurité mentionnés par la loi et conformes aux normes :
    - les barrières (norme NF P 90 306), souples ou rigides ;
    - les alarmes (norme NF P 90 307-1) doivent être conformes au décret 2009-873 du 16 juillet 2009 s'il s'agit d'alarmes par immersion ;
    - les couvertures de sécurité (norme NF P 90 308) : automatiques, fonds mobiles, à barres, bâches tendues au-dessus des margelles (la couverture à bulles n'est pas un dispositif de sécurité) ;
    - les abris de piscines (norme NF P 90 309), hauts ou bas, télescopiques, relevables...

    Les règles de bons sens

    La FFP souligne que la majorité des accidents se produit en l'absence de vigilance et, plus de la moitié, au moment de la baignade, c'est-à-dire au moment où tous les systèmes sont franchis ou désactivés. Au bord de l'eau, rien, ni personne ne peut remplacer la surveillance d'un adulte responsable, désigné pour cette tâche. Pour une piscine hors sol, il est nécessaire de choisir un modèle comportant une échelle sécurisée (obturateur, échelle relevable ou coffrable). Même un enfant de 18 mois peut monter à l'échelle et tomber dans une piscine hors sol si l'échelle n'est pas sécurisée ! La FPP rappelle qu'il convient, au moins après chaque baignade, de vérifier que :
    - l'alarme s'est réactivée ;
    - la barrière est bien fermée et verrouillée ;
    - la couverture est en place et attachée ;
    - l'abri est fermé et verrouillé ;
    - il ne reste pas de jouets dans le bassin.