NEWSLETTER

Juin 2018

Info à la une

L’immobilier représente 60 % du patrimoine des ménages

L’Insee vient de publier son étude sur « Les revenus et le patrimoine des ménages » entre 1998 et 2015. Un constat : la forte valorisation du patrimoine immobilier qui a été majoré de +133 % entre 1998 et 2010 !

Info à la une

L’immobilier représente 60 % du patrimoine des ménages

Dossier d'expert

Envie d’une piscine ? Les règles à respecter

L'enquête du mois

Juin 2018

< Sommaire

Info à la Une

L’immobilier représente 60 % du patrimoine des ménages

L’Insee vient de publier son étude sur « Les revenus et le patrimoine des ménages » entre 1998 et 2015. Un constat : la forte valorisation du patrimoine immobilier qui a été majoré de +133 % entre 1998 et 2010 !

Globalement, selon l’Insee, la moitié des ménages vivant en France déclarent un patrimoine brut supérieur à 158 000 euros et détiennent collectivement 92 % de la masse totale de patrimoine brut.

4 300 euros en moyenne pour les 10 % les plus pauvres

En 2015, les écarts de patrimoine entre les Français étaient importants : 10 % des ménages les plus riches possédaient 595 000 euros de patrimoine en moyenne, alors que 10 % des plus pauvres détenaient 4 300 euros d’actifs. Les Français les mieux dotés concentraient davantage d’actifs professionnels, tandis que les moins bien dotés avaient principalement des comptes courants et des produits d’épargne réglementés et des biens durables, et étaient par ailleurs endettés. Des inégalités qui ont augmenté sur la période étudiée, même si elles baissent légèrement depuis 2010.

Un propriétaire 20 fois plus doté qu’un locataire

Le décalage entre ménages peu et bien dotés en actifs tient avant tout au fait d’être propriétaire, « critère déterminant dans les inégalités de patrimoine », selon l’Insee : 60 % de ménages les mieux dotés accumulent en effet 99 % de la masse totale de patrimoine immobilier. Le patrimoine brut médian des ménages propriétaires était ainsi 20 fois plus élevé en 2015 que celui des ménages locataires. La forte valorisation de l’immobilier (+133 % en euros courants), surtout entre 1998 et 2010, a profité à cette catégorie.
De même, sur la période étudiée, le patrimoine financier a augmenté de 75 % essentiellement durant la période 2004-2010, profitant à tous sauf aux 20 % des ménages les moins dotés.

Des écarts dus aux différents d’âge

Les disparités de patrimoine s’expliquent par des écarts de niveau de vie. Parmi les catégories socio-professionnelles, ce sont les agriculteurs qui ont le plus touchés. L’Insee distingue également des écarts qui s’expliquent par les différences d’âge, permettant de distinguer des périodes de la vie davantage consacrées à l’accumulation et d’autres à la désaccumulation. L’institut constate que le retournement semble arriver plus tôt qu’auparavant : en 2015, les 55-64 ans ont un patrimoine inférieur à celui des 50-54 ans, et inférieur à celui des ménages du même âge en 2010.

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos services. En poursuivant votre navigation sur ce site vous acceptez l'utilisation de cookies. OK